Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et furent enz es cors [mout] plaié et navré.
Il retornent ariere en la bone cité ;
2545Mout fu granz li eschas que il ont conquesté.
Enz en parfonde chart[r]e les fist li rois geter,
Et .iiijxx. des autres, car il furent conté ;
Il i furent .vij. ans, trop i ont conversé ;
Do [en] ot toz porriz les flans et les costez.
2550Or vos lairons de ce[u]s ; mar lor est encontré !
Et vos dirons d’Olive, qui ariere remest,
Qui tant a les noveles enquis et demandé
Par quoi ses sire Do est du païs getez ;
A l’evesque tantost l’ala dire et conter.

LXXIX[1]

2555La suer a[u] roi de France est ariere remese,
Avec le bon evesque qui tant [l’ot] honorée ;
Ele vint du moustie[r], s’a la messe escotée.
(f. 49)Et li per de La Roche o[n]t la mer [tres]passée
Bien a passé .vij. ans qu’il l’avoient outrée,
2560Ainçois que la duchesse fu[s]t de pechié retée
Et dou duc d’Alemaingne partie et desevrée.
Quant il virent la dame, sur les murs s’aresterent.
Desouz les esclavines ont les paumes botées ;
Molt se sont merveillié, s’ont les coleur[s] muées
2565Et dient l’un[s] a l’autre : « No dame avons trovée :
« C’est Olive la bele, qui de France fu née. »
Ainz ne s’en dona garde la duche[sse] honorée ;
Si la tienent as poinz de la manche froncée,
Parfondement l’enclinent ; par non l’ont apelée :
2570« Duchese de bone aire vos soiez bien trovée !

    — 2545 fu, ms. tuit. — 2549 costez, ms. costel.

  1. — 2556 Ensemble a b. e. — 2558 li pere ; la mere. — 2560 retée, ms. restée. — 2561 A. fu p. — 2563 pauuces b. — 2565 Nos d. — 2569 l’o. enclin a.