Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LXXVII[1]

Quant Dorames fu pris, la bataille est finée,
Li Hongre s’en fuïrent [tot] contreval la prée,
Ne mais que .m. chaitif qui en l’estor remestrent :
Do et Jofroiz les tindrent as trenchanz des espées.
2525Se tel fuissient li Hongre, mar i fu[s]t la meslée,
Cil de Constantinoble l’eüssent comparé[e].
Atant es vos Landri, sa lance [a] recovrée,
Il broche son cheval et vait ferir son pere :
L’escu li a percié et la broigne faussée,
2530Ou cors li mi[s]t la lance, si l’abat en la prée.
(v°)Cele part vint [corant], si a traite l’espée,
Ja eüst voirement pris la teste son pere,
Quant li dus li cria : « Ne me tochiez, beaus frere !
« Soudoie[r]s sui chaitis de mout longe contrée ;
2535« Qu’averas gaaingnié ? je n’ai d’avoir denrée. »
Quant l’entendi Landris, s’a la color muée :
Grant pitié en a pris, [s’]a restoié l’espée.
Par le nasel du heaume ala penre son pere,
Si le rendi le roi ; ce est chose provée.

LXXVIII[2]

2540Quant li dus Dos fu pris, lors fu li chans fine[z]
Et Asse et Guinemanz ont Jofroi remené ;
Et li niés et li oncles furent forment pené

  1. — 2524 as, ms. es. — 2525 mar i, ms. mari (en un mot). — 2526 l’e. comparer. — 2529 a percier ; çourgne faulcer — 2530 cors, ms. coz ; lance, ms. lanor. — 2532 Ja e. p. v. la t. de s. p. — 2534 mout, ms. mon. — 2535 a. gaingnier ; d’a. danrées. — 2536 Q. l’antant L. — 2537 restoié, ms. ratoié. — 2538 nasel, ms. vaisel — 2539 tandi le r.