Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tant gentilz chevaliers gisent mort en la lande.
Trés par mi leu dou champ vint li rois Alixandre ;
2495A haute vois escrie : « Ou es alez, Dorames,
« Li filz de ma seror, qui chalonges mon reigne ?
« Demain seras penduz, se as main[s] te puis prendre. »
Quant cil l’a entendu, a po que ne forsane ;
Il crie a haute vois, si que trestuit l’entendent :
2500« La terre vos chalonge et trestot le realme. »
Quant l’entendi li rois, a po que ne forsane ;
Il broche le cheval des esperons qui trenchent :
Li oncles et li niés de l’esperoner pensent ;
Sor les escuz se donent si granz [cops] des lances
2505(f. 48)Desor les bocles d’or les peçoient et fendent.
Li haubert sont si fort n’en porent rompre maille.
Totes plaines lor lances s’entrabatent ensemble.
Il resaillent en piez com nobile chataigne,
Et sachent les espées dont li coltel bien trenchent.
2510Granz cos se vont doner sor les heaumes a tente ;
Les pieres et les flo[r]s en font aval descendre.
Li niés l’oncle vainquist, ja n’i eüst desfence ;
Atant es vos Landri, s’ot bris[i]ée sa lance.
Ou qu’il voit son seignor, a lui aidier s’avance,
2515Il tint traite l’espée tote nue sanglante ;
Va ferir le gloton sor l’iaume de Plaisance,
Que les flors et les pieres contreval en cravante,
Que tot l’a estoné, et li gloz s’espoente.
Il va crier merci et Landris le va prendre ;
2520Parmi le nasel d’or son seignor le presente.

    — 2493 gisent, ms. gisant. — 2494 champ, ms. chans. — 2495 est a. — 2497 m. tu p. p. — 2498 que, ms. qui. — 2500 Je v. ch. la t. — 2504 Vers trop court ; corr. si ruistes [cops] des l. (?) — 2505 l. perçoient. — 2507 Toute plaine leur lance s’entrebatent e. — 2508 chataigne, ms. chadonne. — 2510 a tente, ms. atante ; leçon douteuse. — 2512 Li n. v. l’o. ; daffance. — 2518 Qui.