Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LXV[1]

Or est Do soz Coloigne coreçous et pleins d’ire ;
Des ieuz de son front plore et de son cuer sospire.
2210Tant atendi li dus que nuiz fu asserie,
Puis est montez [li dus] a mesnie escherie.
Onques tot[e] la nuit ne cesse ne ne fine,
Et est venuz a Ais quant l’aube est esclarie.
Entrer vot en la porte quant il li contredirent,
2215Que l’avoient juré Tomile et Malingre.
Quant le voit li dus Do, a poi n’enrage d’ire ;
Des ieuz tenrement plore et de son cuer sospire.
Et quant le voit li dus, si lor commence a dire :
« Je vos torrai les membres, le[s] te[s]tes et les vies. »
2220Dont remonta li dus a mesnie escherie,
De ci a son demoine ne cesse ne ne fine.
Sui baron chevalier en La Roche se mirent,
En son prime demoine que il a de Dieu quite.

LXVI[2]

Or est Do de La Roche voirement revenuz
2225En son privé demoine que il a de Jhesu.
Or s’en ira clamer a Pepin a[u] lion
Del duel et del domage qui li est avenuz.
Il entra en la voie et ou chemin batu ;
De ci qu[e] a Paris ne s’est arest[e]üz.
2230Tant fist par ses jornées qu[e] il i est venuz,
Et a trové le roi en sa sale lassus.
Molt le trova malade, dolent et confondu ;

  1. — 2111 mainnie. — 2214 la portent. — 2215 et a M. — 2220 meinnie.
  2. — 2225 cleve (ou eleue) d. — 2226 a[u] lion, sic ms. — 2227 Des d. et des domaiges. — 2229 ne c’e. — 2230 ces j.