Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2125« Por amor Dieu, biaus filz, ne te par coitier tant !
« Ja est [ele] seror dant Pepin le roi Franc ;
« Il n’a si bele [dame] en cest siecle vivant.
« Li rois vos a mandé par menace et par ban
« Qu’ele ne soit destruite ne des membres perdant ».
2130Quant l’entendi Malingre, a po ne pert le sen :
« Haï ! vos i mentez com mauvais couz sofranz ;
« Vos estes de li couz tot a vostre escïant ».
Quant l’entendi li dus, a po ne pert le sen :
Il hauce le poing destre, si feri son enfant
2135Qu’il [l’]abati a terre, qui que plort ne qui chant.
Et quant le voit Malingre, si sailli en estant,
Et va saisir son pere par les grenons davant,
Son peliçon ermin li va tot des[c]irant,
Entreci qu’a la terre ne s’aresta neant.
2140Adont i sont coru Baivier et Aleman,
Et furent en po d’ore bien .vijxx. combatant.
Cil gentil chevalier en vont trives prenant
Et dou pere et dou fil, car molt est avenant.

LXII[1]

Cil gentil chevalier qui les trives en quirent
2145Et dou pere et dou fil et des autres meïsmes,
Que d’une part et d’autre très bien les affïerent
Et ostages livrerent et puis les raplig[i]erent.
(v°)Tomiles et Malingres chascun jor se porquierent
2150 Comment la suer du roi du païs chasse[rïe]nt.
A son hostel li mande[nt], forment l’ont corrocie,
Que se ele i remest, la teste avra trenchie.

    — 2125 parceittier. — 2126 On pourrait proposer Ja est [ele] la suer. — 2131 m. comme m. c. et s. — 2133 sen, ms. sanc. — 2134 feri, ms. ferut — 2135 plore ne que.

  1. — 2152 avrait t.