Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/180

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Sire », [ce] dit Outrés, « [en]vers moi entendez ;
« Par la foi que vos doi, je dirai verité :
1920« Homme somes Landri dont vos ici parlez ;
« En cest païs venimes enquerre et demander
« Por savoir de l’enfant qui est ses parentez ;
« Or savomes de lui tot[e] la verité,
« Le matin moverons, ja nen ert trestorné.
1925« Nos ne querons en France, certes, avant aler. »
Quant l’entendi Olive, s’en ot lïesse assez :
Quatre fois se pasma entre les bras Outré,
Quant Gontiaumes li ostes l’en corut relever.
Qui li veïst les mès baisier et acoler,
1930« N’i eüst si dur cuer non convenist plorer.
« Veïstes vos mon fil, por sainte charité ? »
— Oïl, en nom Deu, dame, » ce li a dit Outre[z],
« Enz en Costantinoble est mes sires remés ;
« La portera corone, ainz que past li estez,
1935« Por la plus bele fame de la crestïenté,
« Et venra en cest regne ainçois .j. an passé ;
« Tomile et Ma[lingre] fera les chiés coper.
— Hé Diex ! [ce] dist la dame, tant l’avrai desiré. »
Cele nuit ont grant joie a loisir demené.
1940Quant li lit furent fait, si sont couchier alé.
L’endemain par som l’aube se sont li mès levé,
Et vestu et chaucié et molt bien conreé,
Et mistrent en lor dos les hermins engolez
Par desus les blïauz a fin or gironez.
1945Les granz ma[n]tiauz de sable ont li mès afuble[z],
Dont li tassel en valent tot l’or d’une cité,
A pierres et a bra[s]mes qui molt font a loer ;
Les chapels sebelins ont en lor chiés posez,

    — 1922 qui est de ces p. On pourrait aussi corr. qu’est de son parenté. — 1924 trestornés. — 1925 Cf. v. 1882 — 1929 nies b. — 1932 en n. de D. — 1934 a. qui part — 1936 c. roine — 1940 s. couchiés a. — 1941-51 Cf. vv. 1570-8 — 1948 Les ch. ont s. en lor chief poser.