Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/178

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« A la moie foi, sire, a grant tort m’asaillez :
« Se mes niez est or enfes, encor n’est adobez ;
« Et se il fait folie, sel doit bien amender.
1860« Je rendrai les chevaus, ja n’en ert trestorné ;
« Si ferai droit Gontiaume volentiers et de gré. »
Et dïent li borjois : « En pardon en parlez.
« Ne ferez traïson quant de nos partirez ?
— Par foi, » dist l’arcevesques, « il parle com senez :
1865« Les chevaus rendra il ; ja n’en ert plus parlé. »
Et dïent li borjois : « Si ert com dit avez. »
A tant s’en sont torné : li essauz est remez.
Tomiles s’en torna quant ot le plait guié,
Si moine les chevaus Gontiaume en son ostel,
1870Entre lui et Malingre, le gloton desfaé.
Ou voient le borjois, au pié li sont alé,
Mais l’oste fu si fiers nes daigna resgarder ;
Si les bota du piet, a po ne sont crevé :
« Levez vos en d’ici, fals cuvert naturel ;
1875« Ja ne vos amerai en trestot mon aé,
« Tot por l’amor Landri, mon seignor naturel,
« Que vos avez a tort de cest païs geté. »
Li messagier l’entendent, grant joie en ont mené ;
L’un vers l’autre s’en rïent coiement et soef :
1880« Par les sainz Deu, compainz, bien nos est encontré ;
(v°)« Landris est niés le roi : bien oïr le poez.
« Nos ne querons en France desormais [a] aler. »
Olive repairoit du mostier honoré,
En .j. crote avoit demi .j. jor esté,
1885Et ot dit [son] sautier Olive [o] le vi cler,
Que Jesus gart Doon qu’ele pot tant amer,
Et li ramaint Landri, son fil qu’ele ne het,

    — 1860 trestornés — 1862 En pardons — 1863 f. traïsons — 1865 L. ch. renderai je ; p. parlés — 1867 s. tornés. — 1868 torne. — 1870 le, ms. li. — 1871 li. b. — 1877 p. geter. — 1881-2 Cf. v. 1658-9. — 1882 querrons. — 1883 m. sainc honorer. — 1887 ramoinne ; que ne.