Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« S’en ferons les mengiers richement acheter.
1645« Ja ne sera nus homs de noz mengiers tornez,
« Serjanz ne chamberiers, ne prestres ne juglers,
« Car hons de riche cort doit estre a barné ».
— Par mon chief, » dist li ostes, « bien vos est encontré ;
« Par la foi que vos doi, ostel avez vos tel,
1650« Entreci qu’a .j. an, se penre le volez,
« Ja ne vos costera .ij. deniers moneez.
« Que Dieus rameint Landri, mon seignor droiturier...
« Et maldie Tomile et Malingre l’enflé,
« Que ainsi l’ont a tort de cest païs geté. »
1655Li messagier l’entendent, grant joie en ont mené,
Et dient li .j. l’autre : « Bien nos est encontré.
« Ancui orrons noveles ; je le voi bien tot cler.
« Landris est niés le roi, bien oïr le poez.
« Nos ne querons en France, certes, avant aler. »
1660Com or le voit li ostes, ses prent a apeler :
« Seignor », ce dist Gontiaumes, « les chevaus me rendez :
« Je vos ai herbergiez, ja mar en doterez ;
« [Ja] n’i perdrez del vostre .ij. deniers moneez,
« Voz ostes ne vos rende .j. marc d’or esmeré. »
1665— Sire, » dïent li mes, « Dieus vos en sache gré. »
(v°)Et il li font molt tost les chevaus delivrer,
Ou celier desoz terre les en ont fait mener,
Du fuere et du blanc orge lor ont [il] fait doner.
Por amor de ses ostes est Gontiaumes levez
1670Et chauciez et vestuz et très bien conreez ;
Si s’en va au mostier por la messe escoter,
Qu’il n’en feïst autant bien a .v. ans passez.
Andeus les messagiers a avo lui menez,
Mais ainz qu’il s’en repaire sera grains et irez,

    — 1647 estre, ms. ilec ; cf. v. 1540 — 1652 D. ramoine L. Il est probable qu’après ce vers, on lisait un vers perdu, où Landri était qualifié de neveu du roi Pépin, cf. v. 1658 — 1656 li .j. a l’a. ; est, ms. a. — 1662 dorerez. — 1663 N’i perderés. — 1664 esmeré, ms. escuier. — 1669 G. lever. — 1672 f. mais a.