Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1495« Si pren de ton avoir, si lui done congié ;
« Si en ira en France li gentiz soldoiers,
« Puis n’en orrez parler a nul jor ; ainsi iert,
« Sil metra en obli Salmadrine au vis fier. »
Et respondit li rois : « Bien m’avez conseillié ;
1500« Ainsi le ferai je, ja trestorné nen iert ».
Il en a apelé deus de ses chevaliers,
Berengier et Outré, qui molt font a proisier :
« Seignor, venez avant, nobile chevalier.
« D’une moie besoigne vos convient travaillier :
1505« Vous en irez en France, a Monlaon le fié,
« Por savoir de Landri, cui filz est ne cui niés,
« Se il est niés le roi qui France a a bai[l]lier ;
« Mi home estes tuit liege, nel me devez noier.
(v°)« Tant portez de l’avoir com a plaisir vos iert,
1510« Si faites richement acheter les mangiers. »
Et cil li respondirent : « Com vos plaira si iert.
« Au matin moverons, ja trestorné nen [i]ert. »
Salmadrine la belle en a oi plaidier,
Si manda a celé a li les messagiers,
1515Et il [i] sont venu cortoisement a lié.
Sor .j. faudestuel d’or dejoste les assiét,
Bel et cortoisement les prist a araisnier :
« Seignor, or entendez, nobile chevalier.
« Vos en irez en France, a Monlaon le fié,
1520« Par la foi que vos doi, bien m’a esté noncié :
« Je sui fille de roi, a celer ne[l] vos quier,
« A moi apent la terre et trestoz li regnez :
« Plus aim le soldoier que nule riens soz ciel,
« Par ice[l] saint apostre c’om a Rome requiert,

    — 1495 se l. — 1497 iert, ms. iest. — 1498 Se m. — 1500 trestornent. — 1502 Outré, ms. Garin ; cf. v. 1527, 1530, etc. — 1503 n. et ch. — 1508 nel, ms. ne le. — 1510 Après ce vers, il y a p.-ê. une lacune de quelques vers ; cf. v. 1537, 1645. — 1511 iert, ms. est. — 1515 lié, ms. ele. — 1523 aim, ms. aime.