Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1470« Mais je nes en croirai, se Damedieus m’aïst :
« Puis que hons de sa terre est chaciés et fu[i]tis,
« Felonie et bonté puet dire a son plaisir. »

LVII[1]

Landris, qui fu de France, ama molt Salmadrine,
Ele lui assez plus que pucele qui vive.
1475Li rois li a doné grant mestier adeprimes :
Chambellan en a fait de ses demoines princes.
Molt le tint grandement et par grant seignorie :
.IXm. chevalier chascun jor le servirent.
Tomile est a Coloigne ; Dieus grant mal li envie !

LVIII[2]

1480Or sert Landris le roi et si bon chevalier
Droit a Costantinoble, ou palais tot plenier.
(f. 29)Molt volentiers preïst Salmadrine a moillier,
Se li rois lui vosist doner et otroier,
Mais il ne savoit mie cui fu filz ne cui niés,
1485Se il ert niés le roi qui France a a baillier.
Hé ! Diex, s’il le seüst, onques ne fust si liez.
A .j. conseil le traient si baron chevalier :
« Empereres, biaus sire, por quoi vos esmaiez ?
« Car prenez en vo cort .ij. cortois messagiers,
1490« Si[s] envoiez en France, a Monlaon le fié,
« Por savoir de Landri cui filz est ne cui niés.
« Se il est niés le roi qui France a a baillier,
« Si lui donés vos terres et vo fille a moillier ;
« Et s’il n’est de lignage ne issi enforciez,

  1. — 1475 a ce priuues. — 1476 ses, ms. ces. — 1477 le ms. la.
  2. — 1485 ert, ms. est. — 1489 en vou cors.