Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/164

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et bien le tesmongnerent li baron du païs.
1440Li roi[s] ot .j. fille qui ot le cors gentil,
Cui Salmadrine apelent li baron du païs :
Sor tote rien sor terre ama cele Landri,
Qu’el ne pooit mangier, reposer ne dormir.
Li rois la voit malmetre, empirier et morir ;
1445Bel et cortoisement a aresnier la prist :
« Haï ! fille », dist il, « molt me poise de ti.
« Je te cuidai doner tel prince ou tel marchis
« Qui detenist ma terre et trestot mon païs.
« Bien n’en avrez [vos] mie, ce m’est il bien a vis.
1450— Sire », dist la pucele, « molt sui près de morir,
« Mais encor sai tel chose dont porroie garir. »
— Et que seroit ce fille ? » li rois li respondit.
« Il n’a soz ciel espice ne vos face venir,
« Ne home, tant soit fiers, corajos ne hardiz.
1455(v°)— Sire », dist la pucele, « de Dieu .vc. mercis,
« Mais ce n’i a mestier, par foi le vos plevis.
« Dès ores vueil je, pere, que me donés mari,
« Ce soldoier de France c’om apele Landri.
« Aquitée a la terre et trestot le païs ;
1460« Il n’est tel hom ou monde por ses armes servir.
— Fille », ce dist li rois, « laissiez ester Landri.
« Je ne sai dont est nez, ne [sai] de quel païs.
« Car pleüst or a Dieu, qui en la crois fu mis,
« Qu’i[l] fu[s]t parenz le roi qui France a a tenir,
1465« Pepin l’empereor, qui est biaus et gentis,
« Ou ses niés ou cosins fust ores cil Landris !
« Encor fust il bastarz, sel seüsse de fi,
« Vos li donroie a fame, par foi le vos plevis,
« Asses et Guinemanz il le m’ont assez dit,

    — 1441 Qui. — 1444 morir, ms. noirie. — 1445 Belle et acortoisement. — 1449 non a. — 1450 morir, ms. mort. — 1452 Et que ceroisse f. — 1454 Vers interpolé, à moins qu’il n’y ait une lacune après. — 1455 S. ce d. — 1464 p. li r.