Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qui ne pooit foillier n’amors ne s’i puet prendre :
1415La dame se pasma, que molt iert sage fame :
Landris ne puet avoir le secors qu’il demande.
« Haï ! Landris, beaus filz, com por vos sui dolente !
« Jamais je ne verrai vostre bele jovente. »
Quatre foiz se pasma desoz l’ombre de l’ente.

LV[1]

1420Olive est a Coloigne, ensemble fiert ses poins :
« Haï ! Landris ; beaus filz ; molt me poise de vos :
« Jamais ne vos verrai ne vos moi ne je vos ».
Et li enfes servoit au riche empereor,
Droit a Costentinoble enz ou palais gregnor.
1425Asses et Guinemanz furent bien de la cort.
Une guerre sordi au riche empereor :
Paien et Sarrazin, li cuvert orguillos,
(f. 28)Li ont tolu Lalice, les palaiz et les tors,
S’en ont getés Hermins, les gardains pris trestoz.
1430Ainz que fausi[s]t la guerre ot Landris ses ados :
Li rois li ceint l’espée, voiant ses barons toz,
Et si li dona armes et chevaus merveillos.
Bien furent emploiées au noble poigneor ;
Puis en ferit .M. cous sor paiens a baudor,
1435Et desconfist paiens et si prist lor seignor,
Sil rendit Alixandre sanglant et vergondos.

LVI[2]

Ceste bataille et autre[s] voirement fist Landris ;
El est tote provée de veoir et d’oïr,

    — 1414 Que ; n’amors, sic ms., altéré ; prendre, ms. ranne. — 1415 iert, ms. estoit. — 1416 qu’il, ms. qui. — 1417 com, ms. comme.

  1. — 1424 enz, ms. sus. — 1428 o. tolus lice. — 1429 g. fais t. — 1432 dona, ms. done. — 1434 baudor, ms. baudoir. — 1436 Sou.