Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’endemain par som l’aube fist Pepins molt grant chose,
Qu’il prist de son avoir quant .ij. mulet en portent,
Et piaus et peliçons .iiijxx. beaus et nobles :
1360Asson et Guinemant les done toz et ofre,
Por ce que il Landri gardent sor tote chose.

LIII[1]

« Tu t’en iras, biaus niés », ce dist li rois,  « je voi ;
« Ne te puis retenir, par la foi que te doi :
« Je le jurai Tomile, le cuvert, l’autre soir.
1365« Quier que tu te garisses et que raies ton droit.
« De ta mere me poise, qui est en tel destroit ;
« Cil glouton l’ociront ou au main ou a[u] soir.
— Sire », ce dist li enfes, « tel est vostre voloir.
« Se Dieu pleüst qu’e[n] vos bien[s] peüst remanoir,
1370« Sire, car me retien, que ce est biens et droiz.
— Por neant en parlez, biaus niés », ce dist li rois ;
« Ne te puis retenir, par la foi que te doi :
« Je le jura[i] Tomile, le cuvert male[o]it,
« Et il m’en dona, certes, grant part de son avoir :
1375« .xx. mulez toz chargiez de fin or arabois. »
(f. 27)Quant l’enfes l’entendi, cuidiez que bel l’en soit ?
Landris aqueust son oire et trossa son harnois ;
Le grant chemin S. Piere acoilli [il] tot droit.
En la cité de Romme sejorna .iiij. mois,
1380Vint a S. Piere au Bras, trova nés et eschois ;
Landris est entrez enz, trop lor dona avoir.
Il arivent en Grice, en iver, qu’il fait froit ;
Voient Costentinoble, le palais haut et droit :
Jamais ne finera de ci qu[e] il i soit.

    — 1357 p. souz, f. par m. — 1358 quanz .ij. mulle. — 1360 Assam.

  1. — 1370 e. bien et droit. — 1376 soit, ms. fut. — 1377 oire, ms. or. — 1378 ch. a S. P. — 1379 mois, ms. nuit. — 1381 enz, ms. an. — 1382 Grice, ms. Frise ; feist f.