Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Haï ! biaus filz », dist il, « com me poise de ti !
« Ne te puis en cest regne ne aidier ne tenir.
« Cil gloton t’ociront, qui sont tui enemi.
1235« Et car t’en va en France a ton oncle Pepin.

XLV[1]

— Je irai volentiers. » dist Landris, « biauz douz sire.
« Ne me volez tenser ne garder en la vile,
« Ainz me faites ici comme fel et traïtre.
« Jamais ne finerai deci qu’en paiennie ;
1240« En la crestïenté ne remandrai je mie. »
Landris en apela Gilebert de Vaubile,
Asson et Guinemant et Roon et Morise,
(v°)Des pers de Loereigne .iiij.xx des plus riches :
« Seignor franc chevalier qui Pepin estes quites,
1245« Sui home et sui ami de grant ancesserie,
« Et car me recevez en vostre mainburnie.
« Se je ja aquier terre, je vos ferai toz riches :
« Ou soit ou torz ou droiz, je serai vostre hons liges. »
Quant cil ont entendu, ensemble respondirent :
1250« Ne vos aiderons ja, damoiseaus, beaus douz sires ; »
« Li putaiges vo mere a la terre honie,
« Ma[i]s servirons a l’autre, vostre frere Malingre. »
Et quant l’entent Landris, a po n’enraige d’ire ;
Tenrement des ieus plore et de son cuer sospire.
1255« Par Deu, » ce dit li enfes, « le fil sainte Marie,
« Se je ja tant puis vivre que armes aie prises,
« Je vos torrai les testes, les membres et les vies. »
A iceste parole a la grant court gurpie,
S’en est venuz au bourc, a l’ostel dame Olive ;

    — 1233 L. roinne, ms. rainne. — 1234 tui d’après L., ms. tuit.

  1. — 1240 Gilebert, sic ms., L. Gelebert ; Vaubile, sic L., ms. Naubile. — 1243 Ms. peres. — 1247 ja est omis dans le ms. — 1256 L. c’armes, ms. qu’armes (vers trop court). — 1258 gurpie, sic L. et ms.