Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Com or le voit Landris, cele part est venuz,
Si li a tost des poinz arachié et tolu ;
Par le palais repaire dolenz et irascuz :
Ou qu’il voit le traïtre, ne l’a mesqueneü :
1050Il va ferir Tomile, ne s’est aresteüz ;
Grant cop li a doné et de fer et de fust,
Que par mi leu du cors toz l’aciers en parut ;
(f. 21)Nel navra mie a mort, por tant l’a abatu.
Tomiles brait et crie et apele ses druz.

XL[1]

1055Tomiles fu navrez, si en fu molt dolenz,
Car Landris l’a feru par son fier hardement,
Li niés le roi de France, qui fu proz et vaillanz.
Volentiers recovrast encor en autre sens,
Quant i corut ses pere, si li to[l]t et desfent :
1060« Vues le tu donc ocire ? et voi ci ses parenz.
— Sire, » ce dist Landris, « je ai droit voirement,
« Car ma mere ont destruite li sien faus jugement.
« Se Dieus me laisse vivre jusqu’a armes portant,
« J’en penrai la venjance au mien commandement ».
1065Et Asses de Maience s’est levez en estant ;
La colée ot reçue, grains en fu et dolenz ;
De sa honte vengier estoit molt desiranz.
Par la sale regarde droitement vers .j. banc,
Et voit un eschaquier a or et a argent :
1070Plus tost qu’il onques pot, cele part vint corrant,
Tost et isnelement a ses .ij. mains le prent,
Par le palaiz repaire tost et isnelement
Et va ferir Tomile ou visage devant,

    — 1049 le, ms. li. — 1051 Grans cop. — 1053 Ne le navrai il mie.

  1. — 1058 r. ansor en a. seui. La correction est douteuse. — 1065 c’est l. — 1073 au v.