Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/146

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Vos n’estes pas mes frere, ne il cuers nel m’aporte
« Que je ja preigne a vos amistié ne acorde. »

XXXVI[1]

Donques parla Landris, qui fu simple[s] et douz :
970« Par les sainz Dieu, beaus frere, grant pechié dites [vos] ;
(v°)« Mes pere prist ma mere a joie et a baudor,
« Olive la duchesse n’a plus bele ou mont.
« .I. pechiez de deable s’est meslez entr’els .ij.,
« Por quoi ne puis avoir demi pié de l’enor.
975« Haï ! Pepins, beaus oncles, por Dieu, ou estes vos ?
« Se je[l] vos demandoie, avroie encor secors ;
« Mais por ce nel di mie que jel quiere vers vos :
« Toz tens vos servirai com mon frere menor ;
« Ou soit ou tort ou droit, s’en ferai mon seignor. »
980Quant l’entendi Malingre[s], a poi de duel ne font :
« Alez en douce France, bastarz contralios.
« Ja Damedé [ne] place, du saint ciel glorios,
« Por riens que sachiez faire que soiez bien o moi. »
Par les cheveus l’aert a ambe .ij. ses poinz ;
985Ja l’eüst ou feu ars, quant Landris se rescost,
Mais ne le vot tochier, tant fu simples et douz.
Atant es vos Tomile par la presse ou cort,
Et vait ferir Landri de son pié, veant toz,
Qu’il l’abat en la sale sanglant et vergondos.
990Quant le voit li dus Do, a pou d’ire ne font :
« Par les sainz Deu, Tomiles, grant pechié faite[s] molt.
« Que demande[z] Landri, cest chetif pecheor ? »
Quant l’entendi li enfes, liez en fu et joios.

    — 967 nel, ms. ne le.

  1. — 970 grans pechiés. — 977 M. no di mie por ce q. jo querre v. v. — 982 de s. — 983, que soie bien o vos (?) — 985 a. e qu. L. se rescont. — 987 envers T.