Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

XIX[1]

870Ce dit sainte Escripture, si [com] savez bien tuit,
Que ja de mauvais arbre ne issera bon fruiz.
Or norrissiez .j. lop tant qu’il soit parcreüz,
Quant vos l’avrez nori, gardé et bien peü,
Toz tens sera il lous ; cuidiez qu’il desnaturt ?
875Quant vos bien li ferez, de lui gardez vos plus :
Il mangera voz bestes et gastera voz fruiz.
Do a pris[e] sa fame, mervoilles fist li dus.
A la fille Tomile a cele nuit geü
Et engendra .j. fil : fel et enragiez fu,
880Car puis mist Loeroigne en dolor et em bruit.

XXX[2]

Do de la Roche fu corociez et irez,
Et fu par sa folie de tot desconfortez ;
Et Landris fu petiz, mais molt fist a loer.
Par le mien escient n’ot que .viij. ans d’aé,
885Et si vait a la cort ou pas ne fu amez.
La fame que Do prist l’avoit coilli en hé,
Audegours la cuverte (son cors confonde Dex)
Et de fait et de dit et de quanqu’ele set.
« Sire Do de la Roche, nos somes asemblé
890« A tort et a pechié et a mal, ce veez.
(f. 18)« Pieç’a que vos ai dit que vos Landri n’amez
« Ne ne le norrissiez, ne ja ne l’alevez,
« Car enfanz d’autre fame ne doit on ja amer.
« De mon pere ai mervoille que tant l’a enduré,

  1. — 871 istera. — 875 bien, ms. mal. — 880 Car plus iuit Leoroigne et dolor embruit.
  2. — 882 descontez. — 883 fist, ms. fut. — 886 le coillit antehee. — 887 la couverte. — 888 Lacune après M vers ? — 891 Passes vous. — 893 de te f. — 894 Je me mervoille de mon pere.