Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que il ne vueille avoir l’onor et la contrée
« Que je avoie vos et ma seror donée ? »
640Quant l’entent li dus Do, s’a la teste enclinée,
Puis a dit .iij. paroles coiement, a celée :
« Haï ! Olive dame, com vos vi bele et clere,
« Et com vos estïés cortoise et bien senée !
« Maleo[i]te soit l’arme tel parole a menée
645« Dont m’amor et la vostre est ainsi desevrée. »
Il montent es mulez, s’acoillent lor errée ;
De ci que a Coloigne ne firent arestée ;
Ainsi i sont venu a lor bele jornée.

XXV[1]

Ce fu après la Pasque, que li mais doit entrer,
650Li dus fu a Coloigne de La Roche li ber,
Li cortois Alemans qui tant fait a loer,
Et dut ses noces faire, s’autre fame esposer,
C’est la fille Tomile, le traïtor mortel,
Audegour la cuverte ; son cors maudie Dex.
655Et Landris fu petiz, mais molt fist a loer,
Li niés le roi de France, qui tant par estoit ber.
Par le mien escïent, n’ot que v[iiij] anz passe[z],
Mais sages fu et cointes, vistes [et] emparlez :
Chascuns li rueve dire, par soi vuet delivrer.
660Olive la duchesse li a dit et conté,
Asses et Guinemanz, qui le porent amer :
« Quant vos verrez vo pere au pueple assemblé,
« Qu’il devra s’autre fame plevir et esposer,
« Vos irez au mostier, si le contredirez ;

    — 641 et c. — 646 errée, ms. ferrée.

  1. — 652 Et doit. — 657 Cf. vv. 795 et 884. — 658 cointes, ms. de coste. On lirait plutôt juste que vistes — 660 la duche.