Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tomile de Coloigne fist il puis del chief blos
Et gehir par la gueule le pechié orguillos
Com il mena sa mere par ses granz traïsons.

XV[1]

La suer le roi de France fu molt forment irée ;
500Ou ele vueille ou non, [de] la tor l’avalerent.
Ele crie et huche a molt grant alenée :
« Haï ! Pepins de France, por quoi faites ce, frere,
« Que de l’onor me getes que m’avoies donée ? »
En France s’en reva Pepins nostre emperere,
505E Do li Alemanz en la sue contrée ;
Sa suer ne son nevo n’en laissa il denrée.

XVI[2]

La suer le roi fu molt dolente et corrocie ;
Ou ele vueille ou non, l’ont jus de la tor mise.
Quant ele ist dou palais, si huche et si crie :
510« Haï ! Pepins de France, por quoi ce faites, sire,
« Que de l’onor me getes ou tu m’avoies mise ?
« Certes, tot [ce] me fait li traïtres Tomiles.
« Diex m’en face venjance, li filz sainte Marie. »
.I. ostel li ont quis la desus en la vile ;
515Chascun jor a .ij. pains : tele fu sa devise ;
Illuec se desduira come .j. autre chaitive.

XVII[3]

(f. 11)Nostre emperere s’est en France repairiez,
La desus a Paris, en son demoine fié,

    — 496 f. il plus le ch. blou.

  1. — 500 la t. li a.