Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— A la foi que vos doi, molt bien, la Dieu merci !
« Je[l] laissai a La Roche sain et haitié et vif ;
« Mais .j. don lui donnastes qui molt fu seignoris :
« Ce fu un pan de terre que molt fait a cherir ;
335« .I. hom la li chalonge, qui est d’autre païs.
« Olive vostre suer n’a ne joie ne ris.
« Ne sai por quoi ce est, ne m’en ont nul mot dit,
« Li dus la vuet ardoir et les membres tolir. »
En l’oreille li dist coiement et seri :
340(v°)« De putage la rete, ne vos en quier mentir.
Quant l’entent l’emperere, il n’en a mie ris,
Et si fu sages hom qu’a home ne le dist,
Ainz entra en sa chambre trestot a escheri ;
Soef maine son duel, que nuls hom ne l’oï.
345« Ha ! suer Olive, qui en [tel] penser vos mist ?
« Por quoi m’avez vos, dame, vergondé et honi ?
« Ainc mais de mon lignage pute fame n’issi. »

IX[1]

De ce fist l’emperere que proz et que cortois
Quant nel veut dire a home, chevalier ne borjois ;
350Ainçois monta le jor, si chevalcha le soir,
Atot .xvm. homes va sa seror veoir.
Il trespassa les terres, les plains et les arbroiz ;
Venuz est a Coloigne molt fu granz li esfroiz,
Et descendent es rues chevalier et borjois,
355Hennissent cil cheval, cil mul, cil palefroi.
Do de La Roche va son serorge veoir ;
Ses bras li mi[s]t a col, si le baisa .iij. fois,
Puis l’en a apelé belement en requoi :

    333 l. donnait. — 334 un pou. — 335 .i. hommes qui s’alonge ; cf. v. 315. — 336 v. s. ne joie ne ne rit. — 345 en pansée. On pourrait aussi proposer Ha[ï] O. s. qui en penser. — 347 Ainz

  1. — 349 nel, ms. ne le — 355 H. ci ch. si m. e palfrois.