Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

dans Parise le thème principal de Doon, la mère réhabilitée et vengée par le fils [1], et aussi le thème secondaire, l’exilé qui se rétablit dans sa patrie avec l’appui d’un prince étranger ; mais il y a des ressemblances plus précises. Le vieux Clarembaut (c’est ce qu’a déjà noté M. Benary) proteste contre le second mariage du duc Raimond (p. 49 de l’édition) de même que le petit Landri, dans Doon, proteste contre le second mariage de son père ; on peut noter que Clarembaut, comme Landri, s’en prend, en termes violents, presque identiques, au prélat qui va célébrer le mariage, mais il faut remarquer que la scène a dans Doon quelque chose de plus original, vu que c’est un enfant qui parle. Ce vieux Clarembaut, le défenseur de Parise, présente de singulières analogies avec Gonteaume, le partisan d’Olive dans F ; tous les deux sont représentés comme souffrants, malades [2] ; mais dans Parise cette maladie n’est pas motivée, tandis que, dans F, elle l’est par le chagrin que cause à Gonteaume l’absence de Doon. Ici encore, F est supérieur à Parise. Enfin, Parise, dans la chanson qui porte son nom, est accusée, comme Olive dans F, de vivre en prostituée ; on peut noter que le vers 2546 (p. 76 en bas) de Parise est presque identique au vers 917 de F [3].

Ces faits sont d’autant plus curieux que Parise la Duchesse, au point de vue littéraire, nous paraît, dans son ensemble, préférable à Doon de la Roche. Mais il y a, dans l’histoire littéraire, d’autres exemples d’imitateurs supérieurs à leurs modèles.

  1. On peut remarquer que, dans Parise, la mère est exilée (p. 22 de l’édition Guessard et Larchey) ; Parise est par conséquent plus éloignée du thème primordial que N et même que F, où il reste des traces de l’emprisonnement primitif.
  2. Parise Duchesse, p. 11, 13, 23 ; comp. F, v.
  3. Remarquons encore que l’église Saint-Pierre de Cologne, mentionnée assez souvent dans F, l’est également dans Parise la Duchesse (v. 928, 935).