Page:Anonyme - Courte esquisse des livres de la Bible.djvu/65

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’ÉPÎTRE AUX GALATES

a pour principal but d’opposer la loi aux promesses, à la grâce, à l’Esprit, non pas précisément à la justice, quoiqu’il en soit parlé. Elle montre que la loi est intervenue entre la promesse et Christ, qu’elle ne pouvait pas annuler la promesse, qu’elle n’a subsisté que jusqu’à Christ, ou jusqu’à la foi. En connexité avec cela, l’apôtre parle de l’indépendance de son ministère ; il expose brièvement qu’il était mort à la loi qui apporte la malédiction – mort par la loi, mais en tant que crucifié avec Christ ; en sorte que, s’il vit, c’est Christ qui vit en lui, et qu’il vit dans la foi du Fils de Dieu.

Au chap. III, 20, l’idée est, que l’accomplissement d’une promesse dépend uniquement de la fidélité d’un seul ; mais que la loi ayant un médiateur, Moïse, deux parties étaient en présence, or Dieu est un seul. Aussi, la bénédiction sous la loi dépend de la fidélité d’un autre aussi bien que de celle de Dieu, et en conséquence tout fait défaut. La promesse a été auparavant confirmée par Dieu à Christ. Christ est venu après la chute, et nous nous reposons sur l’œuvre du Médiateur, et non sur l’œuvre de la seconde partie. La loi a été ajoutée pour produire, non le péché, mais la transgression.

Un autre point : ceux qui étaient sous la loi ont été délivrés par Christ qui en a porté la malédiction ; en sorte que la bénédiction a son libre cours, et qu’ils reçoivent la promesse de l’Esprit. Dans les Galates, vous avez la mort appliquée à la loi, à la chair et au monde. Au chap. VI, vous trouverez l’indication du