Page:Anonyme - Courte esquisse des livres de la Bible.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


exercice, sont les plus précieux, et que leur exercice est soumis à ceux qui les possèdent, en vue de l’édification de tous. Au chap. XV, il parle de la résurrection, de la gloire de Christ et de la nôtre à ce sujet. Enfin, il rappelle la collecte pour les saints, et nous avons, dans les derniers versets, avec diverses salutations, une allusion à la liberté permanente d’un ministère individuel (vers. 15, 16) : savoir, le principe et le fait, que des croyants se sont voués eux-mêmes au service du Seigneur au milieu des saints — et qu’il faut se soumettre à tous ceux qui, comme eux coopèrent à l’œuvre, et les respecter.


LA SECONDE ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS

est écrite en conséquence de ce que l’Apôtre avait appris par Tite que sa première lettre avait produit son effet. Il venait d’être en danger de la vie, et, parlant maintenant librement aux saints de Corinthe, il leur ouvre tout son cœur et leur explique pourquoi il ne les a pas visités en se rendant en Macédoine. Dans les cinq premiers chapitres, toutefois, il expose la puissance de vie en Christ, qu’il rattache à l’œuvre de Christ, de manière à introduire la justice de Dieu. Au chap. III, il l’oppose à la loi ; au chap. V, il montre sa supériorité sur la mort à tous égards ; et la délivrance du juge ment comme motif de crainte , tandis que cette vérité nous pousse, par l’amour de Christ, à nous occuper des âmes des hommes. Au chap. IV, il fait voir le vase