Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
brun de la montaigne

« Droit par dedens mon sain s’i povoies entrer ;
« Car cix est mes cousins dont je t’oy tant loer.
200« Or vieng prendre .j. cheval, je le te veil donner. »
Quant li varlès l’oï, Dieu prist a reclamer
De l’evur qu’il li fist a celle eure encontrer,
Car il n’eüst peü ja si tost retorner
A Butor son seigneur que tant devoit amer.

XII

205Li varlès en alla avecques le murdrier
Qui por l’amor Butor li donna .j. corsier,
Et puis li dit : « Amis, as tu de plus mestier ?
« Or me di se tu as ne maile ne denier :
« Je t’en donrai assez avecques le destrier
210« Por l’amour mon cousin que je ain et tien chier,
« Et por l’amour ausi de sa gentil mouillier ;
« Car .j. jour qui passa m’en rendi le louier,
« Et m’eüst on pendu comme larron murdrier
« S’il n’eüst en mon non proumis .j. chevalier
215« C’om peüst par raison comme moy justicier,
« Si que je l’en sai gré et l’en doy avancier
« Et tous ceus de par lui ensement essaucier.
« Amis, tu t’en iras ton mesage noncier
« Et me salueras Butor le bon guerrier,
220« Et di qu’a tous mes biens je le fais parsonier.

XIII[1]

— Sire, » dit li varlès, « de vostre cortoissie
« Por l’onnour monseigneur li mens cuers vous gracie,
(v°)« Car a mon grant besoing vous m’avez fait aïe.
« Sire, dont je vous pri que ne me celez mie
225« Vostre non par amour, li miens cuers vous en prie,
« Quant vous estes estrais de si noble lignie
« Que de Butor le preu et de sa baronnie.
— Amis, » dit li murdriers, « ne te celerai mie,

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XIII