Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
130
brun de la montaigne

« Si que je vous en pri que l’amant confortez,
« Par quoi ses maus puist estre en santé retornez ;
« Car, en lame de moy, il est telz atournés
« C’onques cuers en amant ne fu plus adolés.
3760« Car quant devant vous est, ses sens est si mués,
« Que pour l’amour de vous ne puet estre enparlés ;
« Si que, dame plaisans, soit vos cuers si senez
« Quant vous estes amée ausi que bien amez,
« Car ses cuers est tendans a toutes honnestez.
3765(f° 80)« N’il n’est mie tailliez a faire faussetez,
« Ainz est et dous et biaus et bien enparentez,
« Et .j. des gracïeus qui soit ceans remés. »
La dame respondi : « Donques le me nommez,
« Si sera plus de moy c’uns autres regardez :
3770« Et si faura, avant qu’il die ses secrés,
« Que mes cuers en amant soit a lui adonnez. »
La dame li respont : « Vous dites veritez,
Mais vraiement ses cuers n’est mie tant ossez. »

CCXVI[1]

La dame respondi du Muable manoir :
3775« Ma dame, il me dira plainement son vouloir,
« Et selonc ce qu’en lui je verrai aparoir
« Et qu’en lui ait amant trés amoureus espoir,
« Il se verra briesment de merci pourv[e]oir.
« Mais au mains, s’il vous plait, que je puisse savoir
3780« Qui cix est de qui j’ai l’amour sans remanoir
« — Dame, vous le pourrez bien briefment concevoir ;
« Car quant il vous verra, vous li verrés mouvoir
« Couleur et enbrasser son vïaire pour voir.
« Je ne vous en di plus : faites ent vo devoir ;
3785« Si sera vostre honneurs et si ferés savoir,
« Car onques cuers d’amant ne se peut tant doloir. »

    — 3757. sente.

  1. — 3783. enbrassez.