Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
84
brun de la montaigne

« Il faut qu’il ait le pris a ce tour maintenant. »
Les dames li ont dit : « Tout a vostre commant :
« De quanqu’il en i a n’i savons miex faissant,
2435« Car .ij. foys abati Butor de l’aufferrant,
« Et s’en eüst Butor bien deservi autant,
« Pour ce qu’il desmonta de son cheval Bruiant,
« Et si li emporta son bon hyaume luissant ;
« Mais qui .ij. foys abat, il doit avoir avant.

CXXXVIII

2440— Dame[s], » dit li hyraus, « or ne vous anoit mie :
« Butor est souverains de ceste compaignie ;
« Qui li donroit le pris il ne le prendroit mie,
« Car sa feste en seroit de tant mains essaucie
« Se li pris demouroit dedans sa menantie ;
2445« Et cilz chevaliers est plains de chevalerie,
« Car Butor encontra par moult grant aramie,
« Et si sai de certain qu’il ne l’espargna mie,
« Car bon cuer et bon cors a et chiére hardie,
« Comment qu’il ne soit pas de si haute lignie.
2450« Si dist il a Butor une grant courtoissie :
« Qu’il ne lui anuiast s’il faissoit envaïe
« Encontre lui, comment que ce fust reverie ;
« Et si le jeta jus a la premiére fie.
— Hiraus, vous dites voir, par la vierge Marie ;
2455« Or li portons le pris, li miens cuers vous emprie ;
(v°)« C’est je croy li plus grant de ceste compaignie.
— Certes, vous dites voir, douce dame jolie, »
Respondi li hiraus, sans penser a folie ;
« Or li portés le pris devant la baronnie. »

CXXXIX

2460Li chevaliers qui fu assés près de Butor

    — 2439. il le d.