Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme – Bordel patriotique, 1791.djvu/7

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


& la première femme de France par la dignité de mon rang, je me ſuis impoſé l’obligation de travailler pour vos plaisirs en reconnoissance des ſervices que vous allez rendre à vos compatriotes. Un bienfait en vaut un autre, & je ſuis jalouſe de vous procurer les jouiſſances les plus délicieuſes de la vie & les plus néceſſaires pour la propagation du genre humain. Je ſuis encore dans l’âge de ſoulager les tourmens des Priapes nerveux & de préſider dans les boudoirs de Cithérée.

C’eſt dans ces intentions ſecourables que j’ai établi un Bordel national dans le même lieu où j’en avois établi un à l’usage des Confédérés