Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/603

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
457
ZEND-AVESTA : VISPÉRED. — KARDA 4
Sraoshô idhâ astù. Que prête l’oreille à ce sacrifice… (etc., id.).

un Yathâ ahù vairyô.

Avathât. Oui, que prête l’oreille à ce sacrifice… (etc., id.).


LXXI, 2-3 (Le début de l’Énumération des Maîtres, de la rathwàm framereti) ;


Nous sacrifions à Ahura Mazda, saint, maître de sainteté.

Nous sacrifions à Zarathushtra, saint, maître de sainteté.

Nous sacrifions à la Fravashi du saint Zarathushtra.

Nous sacrifions aux saints Amesha-Speñtas.

Nous sacrifions aux bonnes, puissantes, bienfaisantes Fravashis des saints.

Nous sacrifions à celui qui dans le monde des corps et dans le monde de l’esprit est entre les Maîtres le Maître suprême ; le plus prompt [au bien] des Yazatas, le plus méritant des Maîtres de sainteté, le plus prompt à venir ; nous sacrifions à l’Adoration la plus prompte à accourir du saint Maître de sainteté.


1. Nous sacrifions à la Pensée et aux pensées 1 [1] ; à la bonne Libéralité 2 d’ici-bas et la bonne Récompense 2 [2] ; à la bonne Sagesse 3 [3] et la bonne Santé. Je me saisis 4 [4] des Maîtres et du culte des Maîtres 5 [5].
2 (4). Je fais don du bœuf 6 [6] aux adorateurs de Mazda, aux sectateurs de Zarathushtra. Nous annonçons ce don pour le Maître et pour son Myazda 7 [7], pour le Maître et l’Adoration du Maître.
8 [8] Que tout le monde du Bien prête l’oreille à ce sacrifice, cette prière, cette réjouissance, cette glorification !

Nous sacrifions au pieux Sraosha.
  1. 1. âca manò, mata âca ; manò est la Pensée, mata les choses pensées ; il s’agit de la bonne pensée.
  2. 2. àdàm, ashim ; cf. Yasna LXVIII, 21, note 35.
  3. 3. cistim ; v. Yasna I, note 57.
  4. 4. C’est-à-dire, j’entreprends, je commence leur culte. — gereñtè ; le pehlvi a rasishnîh « arrivée », ce qui est très certainement une faute de copie pour girisnîh « prise », faute due à l’interversion des deux premières lettres ; cf. LXX, 4, où aibigereñtê est traduit madam vakhdûnam.
  5. 5. On voit par ce qui suit qu’il s’agit spécialement des Maîtres qui président aux Gâhânbârs : cf. l’Introduction générale, Vispéred.
  6. 6. Ou « je fais don de viande », le premier des dons commandés pour célébrer les Gâhânbârs ; voir Afrîngân Gâhânbâr, 3. — vereñdyâi, râtînam : litt. « les Mazdéens sont à gratifier avec le bœuf ».
  7. 7. Pour le Génie du Gâhânbâr et pour l’offrande de nourriture faite en son honneur : cf. Af. Gâh. 3 : aètem ratùmca myazdemca yim Maidhyôi-zaremaèm.
  8. 8. Yasna LXX, 6-7.

t. i. 58