Page:Annales du Musée Guimet, tome 13.djvu/32

Cette page n’a pas encore été corrigée
22
ANNALES DU MUSÉE GUIMET.

des mots qui probablement les commencent^^1. Râma prend ainsi connaissance des mantras vaçikaranamuttamam, domination souveraine, salyavak voie véridique, saUjakirliç gloire vraie, dhrishta hardi, rabhasa rapidité, pranipdtaraso le sens de l’action du respect, avdhmukha la face baissée ; parahmukha la l’ace en arrière ; vrjsha buffle ; vrishakarmù qui fait œuvre de buffle ; renukah qui donne la poussière ; purushddakah qui dévore les hommes ; daçdhho qui a dix yeux ; danavaktraç dix bouches, çataçîrshah cent têtes ; çalodarah cent ventres, padmandbho qui a un lotus pour nombril, mahdnabhah qui a un grand nombril, sundblio beau nombril ; dundubhisvana/i qui fait entendre un son (de tambour) ; jyotirbhânu/i brillant de lumière ; krathah destructeur ; kumbho bosse ; makaraâ (poisson monstre) ; krakaro scïe ; angadi bracelet, i/iigandharas le timon ; anidro sommeil ; bheltd qui divise ; pramathanah perturbateur ; sthiraâ qui est tranquille ; dharo possesseur ; dhanyah fortune, etc. etc.

Quand Râma eut reçu ces mantras avec leur action de faire aller et revenir les moyens destructifs, ces êtres de forme divine et ornés d’ornements divins lui firent l’anjali et lui dirent d’une voix douce : « Nous qui nous tenons ici debout devant toi, nous sommes prêts à marcher à ta volonté, ô Râma. » Et lui de leur répondre : « Je vous salue. Pour le moment partez, mais revenez quand j’aurai besoin de vous^^2. Aussitôt que ma pensée vous rappellera, soyez lâ pour me servir^^3. » Alors les mantras, après avoir fait le tour de Râma par la droite^^4, prirent congé de lui et s’en allèrent comme ils étaient venus : pratiyagmur yathâgatam.

Laissons-les s’en aller, nous les verrons revenir en temps et lieu, principalement quand il s’agira pour Râma de combattre victorieusement le roi des rakshasas et les siens qui, eux aussi, disposent largement d’une belle collection d’armes divines ou magiques. Néanmoins on ne dit pas de Râvana comme de Râma^^5 qu’il fût un archer incomparable, dhanushmata et versé dans le Dhanuvéda, qui traite de la science du tir à l’arc. C’est peut-être parce qu’il n’eut ses flèches que par une concession forcée,

1 Comme chez nous les mots qui commencent les prières, les psaumes, les épîtres et autres mantras religieux.

2 Litt. Vous viendrez dans le temps de l’œuvre : कृत्यकाल उपौष्यथ​ (kṛtyakâla upaushyatha).

3 Litt. Ressouvenues, tenez vous près de moi : स्मृता मामुपतिष्ढघ्वम​ (smṛtâ mâmupatishḍhaghvama) (Râm., 81, 16.)

4 C’est le pradakshiṇa, le salut d’honneur.

5 V. Râm., V, 32, 9.