Page:Annales de mathématiques pures et appliquées, 1810-1811, Tome 1.djvu/73

Cette page a été validée par deux contributeurs.
69
DE L’HARMONIE.


coustique, on n’a pas encore assez d’expériences pour établir une théorie certaine.

Si l’on fait résonner avec un archet une verge élastique fixée par une extrémité seulement, et mettant à part le son le plus grave, les vitesses des autres sons, à compter ainsi du deuxième, suivent la loi des nombres,

, etc.

Si la verge est seulement appuyée à l’une des extrémités, l’autre restant libre, les vitesses des sons suivent alors la loi des nombres,

, etc.

Si les deux extrémités sont libres, la loi est celle des nombres,

, etc.

Si les deux extrémités sont appuyées, la loi est celle des nombres,

, etc.

Si les deux extrémités sont fixées, la loi est de nouveau celle des nombres,

, etc.

Enfin, si l’une des extrémités est fixée, et l’autre appuyée, la loi est celle des nombres,

, etc.

Les vibrations des verges courbes, celles des fourches, des anneaux, donnent aussi des lois très-différentes entre elles, selon les cas.

Si nous passons ensuite aux plaques planes ou courbes, nous trouverons une variété presque infinie de phénomènes assujettis à des lois particulières.

Il résulte de ce court exposé que le phénomène de la corde vibrante n’est qu’un cas particulier parmi les lois nombreuses que pré-