Page:Anatole France - Le Jardin d’Épicure.djvu/293

Cette page n’a pas encore été corrigée
219
LE JARDIN D'ÉPICURE



*
*      *


À Teodor de Wyzewa.                


LE PRIEURÉ


Je trouvai mon ami Jean dans le vieux prieuré dont il habite les ruines depuis dix ans. Il me reçut avec la joie tranquille d’un ermite délivré de nos craintes et de nos espérances et me fit descendre au verger inculte où, chaque matin, il fume sa pipe de terre entre ses pruniers couverts de mousse. Là, nous nous assîmes, en attendant le déjeuner, sur un banc, devant une table boiteuse, au pied d’un mur écroulé où la saponaire balance les grappes rosées de ses fleurs en même temps flétries et