Page:Anatole France - L’Église et la République.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VI


Suite du Ministère Combes. — La Note diplomatique du Pape aux Puissances. — La Disgrâce des deux Évêques concordataires.

Les élections avaient donné une majorité de radicaux et de socialistes et le parti de la séparation grossissait à la Chambre.

Un député d’une grande intelligence et d’un grand cœur, Francis de Pressensé, qui avait de l’Europe contemporaine une connaissance approfondie, apporta une proposition très étudiée, premier et difficile essai d’une loi assurant à la fois les droits de la conscience et ceux de l’Etat (7 avril 1903).

Un assez grand nombre de propositions sur le même sujet furent présentées par des députés appartenant à toutes les fractions de la Chambre, hors la droite royaliste et catholique. La Chambre en confia l’examen à une commission qui se déclara, à une voix de majorité, favorable à la séparation. Cette commission chargea un socialiste, Aristide Briand, de rédiger un rapport pouvant servir de base à une discussion publique.

Léon XIII était mort. Le Conclave, sous la pres-