Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans la République des Soviets, à la recherche de sa victime, forment la trame du roman dont la conclusion est tout à fait inattendue.

De plus, le lecteur étranger est informé par l’œuvre de M. Perutz de l’état des esprits en Russie en 1919-1920, pendant la lutte des Bolchevistes contre les Blancs.

Le héros de l’aventure, Vittorin, nous promené à travers l’Europe à la suite d’une « illusion ». Enfin, la Société bourgeoise de Vienne, qu’on a appelée la rivale de Paris, est joliment étudiée, dans sa légèreté et son insouciance proverbiales.

Ceux qui comprennent l’anglais goûteront le livre de notre ami Perutz, le grand écrivain Autrichien.



UN HOMME RACONTE. — Roman, par Marc Daubrive. — Un vol. de 259 p., aux Editions Baudinière, 27 bis, rue du Moulin-Vert, Paris XIVe.

C’est le récit sans prétentions psychologiques, ni débat métaphysique, d’une aventure d’amour terminée de manière poignante. L’auteur adopte le style narratif afin d’éviter les longueurs d’une discussion auxquelles prêterait facilement le sujet. Il nous prévient, d’ailleurs, que cette aventure touchante n’est qu’un extrait de la vie d’un homme, un épisode.

Après tant de romans scabreux où défilent des personnages anormaux, il est délicieux de se reposer le cœur à la lecture d’une histoire dont les héros sont probes, sains, généreux, sympathiques, et dont aucun détail ne choque nos sentiments intimes. Au contraire, les nombreux passages émouvants nous arrachent des larmes d’une pitié salutaire. C’est un livre humain, écrit clairement, qui produit la plus forte impression par des moyens d’une extrême simplicité.

Il y a là-dedans deux cas extrêmement actuels : celui d’un déserteur de la Guerre, qui revient la tête haute avec l’amnistie, — et celui, encore plus poignant, d’un Cancer, la terrible maladie, dont la description n’avait pas encore été utilisée, que nous sachions, par un romancier pour dramatiser une intrigue.

Rappelons à nos lecteurs que le pseudonyme de Daubrive couvre la personnalité de notre compatriote breton et carhaisien Quintin.