Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MONUMENT PAUL LE GOFF Un comité s’est formé a Saint-Brieuc pour élever un monu- ment au grand sculpteur Paul Le Goff, fils du sculpteur Ëlie Le Goff, qui a été tué à la guerre de 1914.

Le monument a été confié au ciseau de Jules Le Bozec. Nous en-avons vu la maquette dans son atelier de Mellionnec. Nous pouvons affirmer que ce sera une œuvre vivante, et qui fera sensation. Nous en reparlerons.

A L’INSTITUT DES LETTRES DE NANTES

Le mardi 4 novembre, a été inauguré à l’Institut des Lettres de la rue Voltaire, un cours de langue bretonne. M. Lajat (druide Mab an Argoat) a présenté le professeur, M. Kergrist, et fait un bref historique de la langue bretonne.

Le lendemain, au même Institut des Lettres, a été rouvert pour la troisième fois le cours d’Histoire de Bretagne, pro- fessé par M. Lajat.

Ces deux cours sont organisés par le Cercle Celtique de Nantes, sous le patronage de l’Institut des Lettres et de la Municipalité. Le président en est M. Edouard Guéguen.

« 77 SANT ERWAN. »

C’est le nom du Patronage de Grâces -Guingamp, créé par le Recteur, M. l’abbé B. Loyer, bien connu pour son dévouement aux œuvres, bretonnes. Un soir de novembre dernier, le Ti Sant Encan reçut la foule des grandes fêtes ! Tour à tour des jeunes/gens et des jeunes filles de la paroisse jouèrent des pièces et chantèrent des chœurs en breton. Le programme était re- haussé par la présence de notre fameux Ténor trécorrois Jean, Le Bonniec, et le concours du bon ancêtre Drédaner, le barde- mécano guingampais, le chantre des potred iaouank koz.

L’abbé Loyer remercia ses collaborateurs en un à-propos en vers fort bien tourné.

ÇA NE VA PAS EN CORNWALL

Après un effort considérable pour soulever la pierre tombale qui recouvre la Nation et la Langue de la Cormvall, effort qui a surtout donné son. plein depuis la fin de la Guerre, et qui fut couronné par la création d’un Gorsedd ou Société Bardique en 1928, est-ce que les militants, assez raresx de cette Cause vont déclarer forfait?

C’est à craindre, si nous en croyons le N° 12 et dernier de la Revue bisannuelle « Old Cornwa 11 », qui a paru en décembre 1930.

Notre bon ami de Carbis Bay, M. Morton Nance, dont le concours à la réussite de fêtes interbritonniques de Camborne- Carn-Bré en 1929 fut gi dévoué, laisse entendre que ça ne va pas fort.

Dans un article consacré à l’Ile de Man, la plus petite Nation celtique, qui elle aussi comme la Cornwall a lais.sé tomber son langage, il montre qu’au moins dans cette île, l’honneur est