Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Nous signalons, l’apparition d’un nouveau Chansonnier, composant et chantant lui-même ses œuvres, Emile Gallic, sonneur de cloches et bourrelier au bourg de Plougonven, âgé de 37 ans, marié et père de plusieurs enfants.

Emile Gallic sentit naître en lui la vocation de Iann ar Gwenn et de Ianrt ar Minouz dans la nuittragique du 1er mai 1930, au cours de laquelle un incendie détruisit la belle église de Plongonven, joyau du Moyen-Age, pleine de sculptures de valeur. Le brave’ sonneur de cloches, se jura de faire quelque chose pour la réédification de son église. Il prit la plume et composa une complainte, Gwerv trist iliz Plongonven. Il demanda un permis de colportage à. la Préfecture, et s’en fut par foires et pardons, psalmodiant sa gwerz sur l’air de Ker Is, naturellement, et faisant de belles rereftes. Mis en forme, et prenant goût au métier, il suivit l’actualité en composant une 2e gwerz sur ar C’hrim Horrubl qui avait mis en émoi le pays de Châteauneuf-du-Faou.

Le Sinistre maritime des 19/20 septembre lui fournit l’occasion d’une 3e œuvre-, réellement inspirée, intitulée Récit eue malheur-ion- oraz Donamenez ha Konkerno.

On voit que Gallic n’est pas un « barde lettré ». Il reste dans la tradition des titres à sensation imités du français, mais là où il surpasse ses prédécesseurs, c’est dans la langue. L’orthographe est hésitante encore, mais en progrès sur les, gwerzes. du siècle dernier.

Voici quelques couplets de Gallic :

Extrait de la Gwerz de Plongonven :

Me ielo dre àr parresiou
Pa ’z ê digor ar pardoniou,
Evit kana a vouez huel
Melodi d’on iliz santel.
Rak on iliz ker oa dispar,
Ar gâtera deuz on taoFdouar,
Gwisket en stum d’eur gatbédral,
Deuz ar Choeur betek an Nor-dal.

Extrait de la Gwerz des grands malheurs de Douarnenez et Goncarneau :

Eun niver braz euz o bagou
A zo kollet korf a madou,
A berniou a vortoloded
En dro n’aint ket bet dizroet.

Roomp d’ezo a galon vad,
Hervez hor gallond hag hor stad,
Eak an disterra alusen
A reio d’ê kalz a zouten.