Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/319

Cette page a été validée par deux contributeurs.


aussi de quiconque ils auraient soupçonné de l’aimer, si peu que ce pût être ; ayant, au surplus, médité Barême et le pratiquant encore chaque jour, non même sans quelque succès ; mais, d’un commun accord, ils avaient dès longtemps mis à l’index, comme entièrement superflus, tous autres livres, quel qu’en fut le titre, et de quoi qu’il s’y pût agir, assez hommes de bien, au demeurant, bons compagnons même, aimant la joie, le mot pour rire, et attirés, tous, insensiblement, avec le temps, les uns vers les autres, par une entière conformité d’humeurs, d’inclinations, d’antipathies, qui, à la longue, avait établi entre eux l’union la plus étroite et la plus touchante.

Que le procès de Paris, au point où vous le voyiez tout-à-l’heure, allât entièrement au gré de ces bons amis, est-il besoin de vous le dire ? Les dernières nouvelles surtout les avaient comblés. Tout annonçait que M. de Cideville en serait pour ses frais de voyage et de séjour. Mais aussi, qu’était-il allé faire à Paris, surtout son grand ami, M. de Voltaire, n’y étant pas, et n’y devant même, assurait-on, revenir de longtemps ! Quant à M. de Fontenelle, qu’en attendre, âgé comme il était, et valétudinaire ! Peu enthousiaste, d’ailleurs, et payant peu de grands mots et de manières, le philosophe avait tranquillement promis à M. de