Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/267

Cette page a été validée par deux contributeurs.


efficaces, assurément, à adoucir les mœurs, que d’atroces et fréquents supplices offerts en spectacle à la foule, qu’ils endurcissaient, à la longue, bien loin de la rendre meilleure.