Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/233

Cette page a été validée par deux contributeurs.


cherchant par où il était venu ; mais ce n’étaient que grimaces perdues : hélas ! un mur infranchissable s’était élevé derrière lui comme par enchantement ; et, de quelque côté qu’il tournât ses regards effarés, ce n’étaient plus que gens méditatifs absorbés dans le notable point de droit en discussion, ou relisant des qualités, ne voyant plus rien autour d’eux, et, pour tout dire, n’étant plus de ce monde, tant une attention profonde peut enlever l’homme aux choses de la terre ; jusque-là qu’un jour le premier président Camus de Pont-Carré voyant un malheureux en danger d’être réduit en cendres pour peu que cela durât encore un peu, leur cria, de sa forte voix, et de son ton railleur qui les faisait tous trembler : « Sauf votre meilleur avis, mes petits maîtres, c’en est assez, comme je crois ; laissez tôt passer cet homme, et, sur vos yeux, n’y revenez pas. »

Ennuyé, à la fin, de tous ces tours, qui semblaient ne devoir plus jamais finir, le Parlement assemblé se demandait, un jour, comment on s’y pourrait bien prendre pour mettre à la raison un monde si remuant, lorsqu’un ancien de la grand’chambre alla s’aviser d’un moyen auquel personne n’avait songé encore : « La Basoche ! s’écria-t-il ; rétablissons la Basoche ! Cette jeunesse trouble incessamment le Palais et la ville, y mettant tout en rumeur ; qu’il y ait parmi