Ouvrir le menu principal

Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/324

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE L1 DHMOCttATtE KOUVRt.LR.

320

n’enlèvent, rien a l’autorité politique des classes moyennes; en même temps elles se rendent peu a peu capables de surmonter la limite qui les sépare légalement de la classe gouvernante; ni leur haine, ni leur envie n’ont sujet de s’allumer contre nous; deux sphères, lune politique et l’autre administrative, se meuvent simultanément et librement sans cesser d’être comprises l’une dans l’autre; la partie de la bourgeoisie qui ne siège pas dans les assemblées législatives se dédommage en participant à la gestion des intérêts locaux; toute l’activité nationale se trouve ainsi renfermée en deux cercles qui ont le même centre.

S’il faut se garder de toucher à la centralisation politique dans le gouvernement des classes moyennes, le simple jeu des ressorts propres à ce gouvernement doit donc amener de plus en plus la ~CC/f7/M~’OM jC[<~MM~/Y!~t’e. CHAPITRE X.

OLE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EST, DANS LA DEMOCRATtE NOUVELLE CE QU’ÉTAIT LA CENSURE DANS LES RÉPUBLIQUES. Montesquieu a dit, quelque part, qu’il fallait des censeurs dans une démocratie cette institution a été remplacée par la liberté de la presse. La démocratie nouvelle :t donc sagement regardé