Ouvrir le menu principal

Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/317

Cette page n’a pas encore été corrigée


UVREXn~CHAP.Vf.

}!

limites uxées par la loi. C’est ce que produit eu France avec de très heureux tempéraments, te système des catégories.

CHAPITRE VI.

DES CENS TOUTtQUF.S.

Nous nous sommes déjà expliqué sur le maintien nécessaire du cens électoral et du cens d’éligibilité, relativement à la capacité électorale tirée de la propriété.

Nous verrions également un grand danger soit à la suppression totale, soit même à une réduction du cens d’éligibilité. N’oublions pas que le premier principe d’un gouvernement est de mettre sa législation en rapport avec ses instincts de conservation. La faible limite qui sépare la démocratie moyenne de la démocratie pure rend les précautions plus nécessaires. Supprimer ou abaisser le cens d’éligibilité serait ouvrir l’arène a une multitude de concurrents qui regarderaient leur nomination comme un premier pas vers la fortune. Le suffrage des électeurs serait disputé avec acharnement les plus dignes de l’obtenir seraient les plus prompts à y renoncer. 11 n’est rien que lie missent enjeu pour réussir ceux qui ne possédct’alt’nt d autres biens que l’espérance. \oit-ou 1rs