Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/266

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DKMOCR\TΠKOUVKfJJ;

262

pendant deux cents ans Rome dut au hasard de leurs vertus le bonheur et la liberté.

La constitution de 1791 avait fait de grandes concessions à la démocratie et avait cherché à concilier, avec l’autorité royale, la presque universalité des droits politiques.

Il s’ensuit que l’on pourrait très bien, sans effacer le nom de roi de notre constitution actuelle, établir le suffrage populaire et appeler les classes inférieures à prendre part au gouvernement mais nous montrerons plus tard que la royauté ne tiendrait pas longtemps contre cette combinaison.

Reprenons le gouvernement des classes moyennes n’est pas le gouvernement de la démocratie, en tant que ce mot est pris comme synonyme de puissance du nombre; il y a contradiction entre ces mots gouvernement des classes moyennes et gouvernement de tous et la forme politique inhérente à l’autorité de la bourgeoisie serait détruite par l’élargissement indéfini du droit de participation au gouvernement.

Remarquons toutefois que l’exclusion des classes inférieures ne procède, en aucune manière, du hasard plus ou moins heureux de la naissance. Les deux signes qui distinguent les classes tu’tycnnes sont l’éducation et la propriété ce