Ouvrir le menu principal

Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/230

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE L\ DÉMOCRATIE NOUVELLE.

226

de Af~ dans lesquelles la nation entière venait discuter les affaires Ils possédaient, en outre, ce tribunal des Pairs qui a donné naissance à l’institution du jury. Ainsi, la municipalité romaine, l’esprit de l’Église chrétienne, la protection accordée par elle aux colons agricoles les assemblées générales du Champ de Mars et le jugement des Pairs, tels sont les grcmes de liberté qui existaient aux v*’ et vie siècles. Sans doute, l’établissement du régime féodal détruisit une partie des institutions qui existaient dans les Gaules, avant l’invasion des Francs. Mais, pendant cinq cents ans, les Gaulois avaient joui du bénéfice des lois romaines; ils avaient été admis aux premières dignités de l’Empire, et avaient fourni des maîtres au monde. Les colons agricoles, à l’ombre de l’appui que leur prêtaient les évêques, avaient perfectionné leur industrie et avaient du aux fruits de leurs travaux un sort plus doux et plus aisé. Ces semences d’indépendance ne furent pas emportées par le vent. De MtHon&MJ principes co/t-fM~/tf, de M~ort~K.~ ornncs. (Tacit. de M. G.)

l,isez, sur ces assemblées, l’otre de la <’tc;7;.Mf;ny; ~) France, par M. GmoT, tom. tv, p. ti5