Ouvrir le menu principal

Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/223

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE X, CHAP.I.

219

LIVRE MXtÈME

DE LA FONDATION DES CLASSES MOYENNES.

CHAPITRE PREMIER.

OU L’ON TIRE LES CONSÉQUENCES DE LA FOUMUM! QUI NOUS A SERVI A DÉCOMPOSES LES PASSIONS NATIONALES.

En interrogeant les moeurs nous avons rencontré plusieurs fois la politique; elle se liait naturellement à l’observation du caractère national et des pentes actuelles de l’esprit du siècle. Nous allons entrer plus avant dans les matières de ce genre; mais jetons d’abord un coup d’œll en arrière sur l’ensemble des résultats produits par l’application aux mœurs du X!x" siècle, de la formule philosophique employée, par nous, à cette fin de les mieux considérer en leurs plus déliés et fugitifs mouvements.

Nous avons traité une nation à la manière d’une créature humaine. Il nous paraissait que toutes ces intelligences rassemblées, tous ces cœurs enflés à divers sentiments toutes ces passions qui se remuent à la fois et cherchent à appréhender leurs objets, formaient, à les envisager en grand et d’un peu loin, un certain esprit gé-