Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE YUI, CHAP. III.

155

nous avons déjà dit, dans un chapitre antérieur, du jury appliqué aux matières civiles; elles réfutent d’avance l’objection tirée des jugements crronés qu’aurait pu rendre le jury dans les causes politiques.

Cette institution, applique aux procès civils, se trouve ramenée à la plus pure essence de son origine; elle n’intervient plus dans le débat suscité entre le peuple et la couronne; elle pèse les intérêts particuliers dans la pacifique balance de la loi.

Les plus merveilleux effets du jury civil sont de former les mœurs publiques; sous ce rapport, le jury civil réagirait favorablement sur le jury politique; du reste, nous savons qu’un si grand changement dans notre organisation judiciaire ne peut pas s’opérer en un jour. Nous semons nos idées, à cet égard, dans l’opinion et le temps. Une institution dont l’utilité serait reconnue théoriquement, une fois admise comme possible, aurait au moins la chance de devenir, plus tard, une réalité. Le protlème gouvernemental dont nous nous occupons, en ce moment, qui consiste à trouver de nobles emplois pour l’activité intérieure de la nation, serait résolu en une certaine mesure par la pratique de cette institution; et nous répondrons à ceux qui, se fondant sur la légèreté et l’ignorance, en législation, des jurés