Page:Allart - Gertrude vol 1.djvu/18

Cette page n’a pas encore été corrigée


grange, pourquai accueillez-vous si mal tous les partis qui viennent ici s’offrir à vous ? Mon père, conservant ses relations avec Paris, vous a présenté plusieurs hommes qui aspiraient à votre main. — Quoi ! ceux-là même qui confirment si bien la triste idée que je me suis faite du grand monde ? — Il en est parmi eux qui avaient cependant quelque mérite : vous les avez tous repoussés. — Ah ! Hedwige, répondit Gertrude en pleurant, me croyez-vous si changée que je puisse facilement me laisser attendrir par un de ces êtres médiocres dont le monde abonde ? Oui, je les ai tous repoussés, et le comble de mon humiliation serait d’aimer même alors que je ne trouverais rien de supérieur à eux. Que penserais-je de moi qui n’aurais pas su mourir fidèle au moins aux vertus que j’ai rêvées. — Hélas ! dit Hedwige, le monde n’offre pas les êtres que