Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/64

Cette page a été validée par deux contributeurs.
66
CYBÈLE

Tout germe contient virtuellement en lui-même toutes les phases de ses développements subséquents, et quand deux germes absolument identiques l’un à l’autre, seraient-ce des germes de mondes, se développent dans les mêmes conditions, il y a forcément répétition parfaite du même déroulement d’existence astrale, du commencement à la fin, y compris l’humanité entière jusqu’au dernier de ses enfants.

Il est donc établi par le fait que révèle votre aventure et votre présence au milieu de nous, que vous avez été précipité d’une terre semblable à celle-ci, qui traverse actuellement les mêmes états physiques ainsi que les mêmes phases vitales, humaines et historiques que celles qu’a traversées notre monde à nous il y a six mille ans, car c’est évidemment de tout ce temps-là que votre terre est en retard sur la nôtre.

Quand donc vous avez cru reconnaître votre système solaire au sortir de votre évanouissement, c’était notre propre groupe en tout semblable au vôtre que vous voyiez, et vers lequel vous n’avez pas cessé d’être précipité. Le soleil qui réchauffait votre sang figé par le froid des espaces, ce n’était plus votre soleil, c’était le nôtre, c’était l’astre que vous appelez Gemma, d’un nom que nous connaissons aussi comme appartenant à une jolie étoile de deuxième grandeur.