Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/59

Cette page a été validée par deux contributeurs.
61
CYBÈLE

pareille mystification. Enfin d’où venez-vous ? Où allez-vous ?

— D’où je viens ? Je suis parti des Martigues bien contre mon gré, je vous le jure. Où je vais ? Hé ! j’y retourne, et après un fameux détour, allez !

— Mais comment voyagiez-vous donc ?

— Ne m’en parlez-pas, je retombe du ciel depuis je ne sais combien de temps. Ah l’étoile maudite, cette Gemma ! J’ai bien failli n’en plus revenir coquin de sort !

Un geste significatif du questionneur laissa voir quel triste soupçon entrait dans sa pensée.

— Mais, mon pauvre ami, exprimez-vous donc comme tout le monde. Pourquoi user de ces langues anciennes qui n’existent plus que dans les livres ? Il n’y a même ici que moi, le professeur Alcor, et mon ancien élève Namo, le maître de ce navire qui soyons en mesure de converser dans ces langues mortes.

— Ah ! ça, voyons, voyons. Je n’y suis plus du tout, mais là pas du tout, du tout. La langue française est une langue morte à présent ?

Le malheureux est devenu fou, dit à son jeune compagnon le professeur en se touchant le front du doigt. La secousse a certainement dérangé ses facultés.

Marius ne comprit pas ces mots prononcés dans