Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/325

Cette page a été validée par deux contributeurs.
326
CYBÈLE

ce détail des réjouissances publiques avait aussi lui-même fait des progrès. Au lieu des illuminations rudimentaires d’autrefois, Marius eût pu admirer les éclatantes phosphorescences qui semblaient embraser complètement toutes les murailles où se combinaient harmonieusement de maison à maison les nuances et les dessins les plus variés. Mais Marius n’admirait plus rien en ce moment. Tout à l’impression que lui avait laissée le spectacle dont il venait d’être témoin, il semblait s’abimer dans ses pensées, ou préparer quelque sombre résolution.


Au milieu de tant de bruit, de tant de joies où tout Alger en fête s’oubliait, qui pensait en ce moment à la fatale échéance de l’inévitable cataclysme ? Avec cette facilité qu’a l’homme de se faire atout, même à l’attente d’une mort soudaine, allait-on donc oublier qu’un péril terrible était toujours là, d’autant plus effrayant que son heure précise restait inconnue et qu’il pouvait subitement fondre sur les populations ? Or les fêtes n’étaient pas encore terminées que cette même soirée un craquement sinistre des glaces antarctiques, tel qu’une secousse de tremblement de terre, ébranla les contrées voisines du pôle austral et vint jeter l’effroi dans la planète entière à l’instant prévenue de tous côtés. Ce pre-