Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/278

Cette page a été validée par deux contributeurs.
280
CYBÈLE

différents maîtres, le fellah, serf docile et infatigable, s’était malgré tout perpétué sur cette vieille terre arrosée de sa sueur, terre jalouse qui ne conserve que la descendance de ses propres enfants et épuise le sang des races étrangères. Le type actuel était donc encore celui du Copte et de l’Arabe, mais sa civilisation nouvelle, éclose surtout sous l’influence de la Grèce régénérée, était directement fille de l’Europe, comme celle de tout le nord africain, avec des mœurs sociales et politiques à l’unisson du progrès universel. Il en était de même pour sa morale et sa croyance. Le fatalisme musulman avait fait son temps, aussi bien que le christianisme, et la doctrine de Mahomet était allée rejoindre les cultes éteints d’Osiris et de Jupiter Ammon.

Grande était l’activité qui régnait maintenant dans ses libres cités et sur ses voies terrestres et fluviales, ainsi que sur l’ancien canal de Lesseps très élargi depuis, et suffisant à peine malgré cela au mouvement maritime qui avait toujours été en augmentant. Le pays dont nos voyageurs allaient maintenant s’éloigner, avait réalisé tout ce que promettait son grand passé de richesse agricole et sa situation géographique qui en faisait le point d’intersection, le nœud d’avenir de l’Orient et de l’Occident. Ce pays était, on le voit, tout à fait différent de celui où sur la planète terrestre, John Bull en clown