Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/251

Cette page a été validée par deux contributeurs.
253
CYBÈLE

En ce moment, d’ailleurs, le vent qui les emportait faiblissait à mesure que tombait le jour, et ce fut par un calme relatif que l’aéronef redescendit à portée d’un des sommets désignés par Alcor, fila ses ancres et fut amarré solidement en attendant l’aube du lendemain.

La plate-forme de l’Espérance était, avons-nous dit, très confortablement aménagée. Les constructeurs avaient su admirablement rendre habitable ce petit espace de soixante pieds de long sur vingt de largeur. La petite salle commune réunit bientôt les trois amis devant une table confortablement servie à laquelle il fut fait honneur puis avant d’aller se livrer au repos dans l’élégante cabine qui devenait pour quelque temps le domicile privé de chacun, l’on se donna un peu de mouvement le long de la plate-forme dans ce salutaire exercice de va-et-vient si cher aux marins qui ne se lassent pas d’arpenter d’un pas vigoureux pendant des heures entières le pont de leur navire. La nuit était alors complète, nuit sans lune qui laissait scintiller dans tout leur éclat les constellations célestes, tandis qu’en bas sous les yeux des promeneurs de l’Espérance, brillaient comme autant d’autres étoiles, les lumières des habitations qui couvraient cette vivante contrée.

Il se faisait dé)à un peu tard, et l’on parlait de se